FAQ : Automatisation de l’encaissage

Après l’automatisation ou la robotisation des opérations d’assemblage ou de fabrication, la modernisation de la fin de ligne est devenue l’étape suivante pour permettre aux entreprises industrielles de gagner en production et en efficacité. Cette modification du cycle d’emballage se traduit par le déploiement d’équipements permettant d’assurer les différentes opérations de conditionnement, d’encaissage et de palettisation.

Qu’est-ce que l’encaissage ?

Cette opération consiste à déposer des produits dans des caisses de divers formats, des palox, des box de grande taille, des barquettes avec ou sans tiroirs ou des cartons wrap-around, avant de procéder à la palettisation. Ce processus est également désigné sous le nom d’emboxage dans le domaine de la viticulture et dans le secteur des boissons. Les professionnels utilisent alors les termes d’emboxer et de déboxer pour la manipulation et le conditionnement des flacons en plastique ou en verre.

Traditionnellement les tâches de mise en caisse étaient réalisées à la main par du personnel spécialisé doté d’outils de manutention classique (transpalettes, diables, chariots…). La modernisation de ces tâches se traduit par l’installation et le paramétrage d’une emboxeuse ou d’un robot spécialisé qui est alors installé en fin de chaîne pour gagner en flexibilité.

Pourquoi automatiser l’encaissage de ses produits ?

L’automatisation ou la robotisation des opérations de manutention répond dans les entreprises à des objectifs aussi divers que l’amélioration du cycle de production, la réduction des coûts et l’optimisation des ressources humaines. Ainsi l’investissement dans des emboxeuses ou des robots d’emboxage permet :

  • De réaliser des gains de productivité pour les opérations de mise en caisses ou d’emboxage des produits,
  • De limiter les ralentissements et les arrêts des lignes de conditionnement, dûs à des facteurs humains,
  • De réduire la pénibilité au travail et donc des risques d’accidents et les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques),
  • d’abaisser les coûts sociaux pour l’entreprise tel le taux de cotisation en matière d’AT- MP (Accidents du Travail et Maladies Professionnelles),
  • De limiter les pertes de productions liées aux bris de bouteilles et aux chutes d’emballages.

Quelle différence entre une encaisseuse et un robot d’encaissage ?

Pour répondre à cette question il est nécessaire de distinguer ce qui relève des points communs et ce qui relève des différences entre ces deux types de machine de conditionnement.

En effet le principal point commun à toute cette gamme d’équipements industriels est la capacité de manipuler et de conditionner des objets de différentes natures : canettes,flacons, étuis, sachets, boîtes de conserves… De même ils sont en général dotés d’un magasin d’approvisionnement en emballages, d’un convoyeur d’entrée pour l’alimentation des produits et d’un convoyeru de sortie pour l’évacuation des emballages remplis.

Les différences entre les robots et les emboxeuses sont très importantes car elle portent sur des points aussi fondamentaux que :

  • Le niveau de technologie utilisée  pour le fonctionnement, car au fort potentiel d’adaptation de la robotique s’opposent les fonctionnalités limitées d’automates plus classiques.
  • Les capacités de manutention des machines qui opposent, au changement aisé de préhensenseurs sur le robot, la difficulté d’adaptation pour une emboxeuse destinée à un type spécifique de produits.
  • La capacité d’évolution différencie fortement ces deux types de matériels : alors que le robot peut être facilement reprogrammée l’évolution de l’emboxeuse est plus difficilement envisageable, sauf à la marge.

Quel type de caisse est compatible avec les machines d’emboxage ?

En fait ce ne sont pas seulement des caisses qui sont utilisées dans les lignes de conditionnement mais différents types d’emballages qui permettant d’assurer le transport et/ou le stockage des marchandises.

Parmi la gamme des contenants pouvant ainsi être remplis par emboxage l’on retrouve :

  • Les caisses américaines à double ou triple cannelure,
  • Les palettes avec montants en contreplaqué,
  • Les palox en bois pour fruits ou légumes,
  • Les caisses à bouteilles en bois ou en carton,
  • Les caisses en plastique pour produits en vrac,
  • Les cartons avec couvercle ou coiffe,
  • Les emballages wrap-around en carton ondulé,
  • Les barquettes à trottoir de divers formats.

Pour quels types de produits les robots d’emboxage peuvent-ils être utilisés ?

Le grand nombre de systèmes d’encaissage présents sur le marché français à l’heure actuelle permet de répondre à des besoins très différents. dans certains cas ils sont dédiées à des secteurs d’activité voire à des produits spécifiques.

Que les systèmes de préhension soient permanents ou démontables, les machines peuvent ainsi assurer l’emboxage :

  • Des bouteilles de vins, de bières, d’alcools forts, d’eaux minérales, de jus de fruits ou de sodas,
  • Des bocaux dédiés à tous types de préparations culinaires sous vide,
  • Des boîtes contenant des conserves alimentaires de toutes natures,
  • Des flacons de produits d’hygiène, de détergents ou de déodorants,
  • Des pots de peintures acryliques, de mastics, d’enduits et de vernis,
  • Des fioles de parfums, de cosmétiques, de produits de soin ou de bien-être,
  • Des sachets alimentaires contenant des céréales, des légumineuses, des fruits ou des légumes secs,
  • Des sachets flowpack contenant des petites pièces mécaniques, plastiques ou électriques.
  • Des boîtes cartonnées pour les médicaments, les fragrances ou la parapharmacie,
  • Des étuis rigides de téléphones portables, d’appareils photos, de consoles de jeux.

Les machines d’emboxage peuvent-elles aussi être utilisées pour le déboxage ?

En fonction des besoins du commanditaire, la configuration initiale de l’encaisseuse ou du robot peut le destiner soit à assurer l’emboxage soit  à assurer le désemboxage des produits. La flexibilité de ces types de machine permet un reparamétrage aisé, pour réaliser l’une comme l’autre de ces missions.

La différence principale tient au fait que l’encaisseuse a un potentiel limité d’emboxage et de désemboxage de produits sans modifications importantes de l’appareil de préhension. A contrario sur un robot spécialisé, le préhenseur peut être aisément être changé avant qu’un nouveau plan d’emboxage ne soit établit afin de permettre de réaliser un nouveau type d’opération.